30 ans !

Clins d’oeil et anecdotes

En 1990, le bébé Charlie avait déjà un an quand je rencontrai un voisin du Vieux Village de Vitrolles (qui se reconnaîtra) et qui me dit, une pochette à soufflet sous le bras : « Toi qui es prof de maths, tu ne veux pas faire les comptes de Charlie Free ? Tout est dans la pochette ! » Et il me montre une feuille volante avec quelques chiffres alignés, « à l’ancienne » !

En ce temps-là, que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître, quelques bénévoles se réunissant chez l’un ou l’autre organisaient des concerts au Théâtre Fontblanche, aidés uniquement par la Ville de Vitrolles. Certainement grâce à mes compétences mathématiques et peut-être un peu aussi pour mon amour pour les musiques jazz, j’en suis devenu un trésorier éphémère, puis à l’AG suivante, un président durable. 23 ans après, j’y étais encore !

De cette période initiale, je garde le souvenir de nos soirées autour d’un verre, de nos engueulades sur la programmation. « Trop de blues, pas assez de free… »

Aujourd‘hui, le temps a passé, la rivière ne fût pas toujours un long fleuve tranquille, les encore chevelus ont blanchi mais, grâce à sa structuration et au travail de tous, salariés et bénévoles, Charlie Free est devenu une petite entreprise incontournable dans le paysage jazzistique français. Bon anniversaire Charlie.

Claude Gravier
Président de Charlie Free de 1990 à 2013


Incroyable mais vrai !

Concert donné il y a quasiment 20 ans du Grand Lousadzac de Claude Tchamitchian. Et oui incroyable mais vrai, les 13 musiciens qui forment l’orchestre étaient rentrés sur la scène du Moulin à Jazz, agrandie pour l’occasion bien sûr !

Claude Tchamitchian
– Grand Lousatzak –
Moulin à Jazz le 9/12/2000


Un « Chabada » sur la Danse des Canards.

En 2000, le festival s’appelait encore la Fête à Charlie et la scène se situait à proximité des locaux de deux autres associations qui organisaient des fêtes privées à la demande de leurs adhérents ; ce soir-là ne faisait pas exception et ce malgré les tentatives de conciliations du président de l’époque, Claude Gravier, qui avait néanmoins obtenu que la musique « festive » ne commence pas avant minuit, heure prévue de fin de concert.

Sur la grande scène TRIO SUD s’y produisait (Sylvain Luc, André Ceccarelli et Jean-Marc Jafet). Minuit, le concert se termine sous un tonnerre d’applaudissements avec demande de rappel ! Je vois le président aller solliciter un « temps additionnel », sans grand succès car la sono a ouvert le bal, avec une « Danse des Canards » tonitruante à la grande surprise des musiciens et du public.

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, André Ceccarelli a alors entonné avec beaucoup d’humour un « Chabada » sur ses cymbales, dans le tempo, ce qui a beaucoup amusé le public, je m’en souviens encore.

C’était décidé, il fallait que je fasse partie de cette équipe pour vivre tous ces moments avec eux, … et je  n’ai pas été déçu !

Jean Paul Lainat
Secrétaire actuel de l’association et membre du conseil d’administration depuis 2001


Mais pourquoi Charlie Free ?

J’arrive à Vitrolles en 1987, après avoir participé pendant 5 ans à l’aventure du JAM (Jazz Aixois qui Manigance). Rapidement, je rencontre quelques amis qui s’intéressent également à cette musique de liberté, né ainsi une envie commune de créer une association de jazz à Vitrolles. Il faut dire qu’un beau festival, Jazz sous les Platanes, avait déjà eu lieu de 84 à 86, porté par l’association JAVA (Jazz Vitrolles Action), le terreau était donc fertile. L’idée était là, il ne manquait plus qu’à trouver le nom de notre association !

C’est en 1988, dans un pub de Vitrolles, que les sept membres fondateurs se réunissent : Martine Sintas, Maud Zawadzki, René Agarrat (qui sera le premier président), Jean-Claude Bernard, Daniel Icard, Pierre Jacques et Michel Renaudin.

Après des heures de discussions, aucun consensus ne se dégage ; d’un commun accord, nous décidons donc de forcer le destin et plaçons un chapeau au milieu de la table où chacun y glisse un mot écrit sur un papier. Au moment du dépouillement, la tension monte encore d’un cran, mais deux mots vont faire l’unanimité : Charlie, qui fait écho à de grands noms du jazz (Parker, Hayden, Mingus …). Free, pour le « free jazz » bien sûr ! C’est ainsi que l’association Charlie Free est née. L’histoire ne dit pas si c’est la bière qui favorisera la liaison !

Jean-Claude Bernard
Vice-président de Charlie Free, membre fondateur et administrateur depuis 1989