30 ans !

Clins d’oeil et anecdotes

Depuis 30 ans Charlie Free œuvre pour la promotion et la diffusion du jazz. Et que de chemin parcouru ! Des débuts nomades de l’association, en passant par la mise à disposition d’un local le Moulin à Jazz, sans oublier la création d’un festival la Fête à Charlie qui deviendra le Charlie Jazz Festival, puis le développement d’actions artistiques et culturelles, de résidences, la création d’un festival jeune public …

Bref, impossible de vous résumer en quelques mots ces 30 ans d’existence, mais tout au long de l’année nous vous proposerons des anecdotes, des moments de vie, des témoignages qui vous plongeront dans cette passionnante histoire qui continue de s’écrire. Et plus que jamais ! Il suffit de regarder la vitalité de l’association : que ce soit par le développement de nos activités, ou par la fréquentation des concerts en saison et lors du Charlie Jazz Festival.

Alors comment célébrer dignement cet anniversaire ? En le fêtant toute l’année bien sûr ! Notamment par des clins d’œil artistiques qui jalonneront la programmation, avec la venue d’artistes phares du jazz français, mais aussi de musiciens qui comptent dans la vie de Charlie Free (hélas nous ne pourrons pas tous les inviter).

Il vous suffit de vous plonger dans ce programme. Nous aurons le plaisir de recevoir des piliers du jazz made in France, Daniel Humair, Nguyên Lê, sans oublier la nouvelle création de Claude Tchamitchian, le quartet Ómun porté par le guitariste marseillais Pascal Charrier, un nouveau volet du Bridge, ou encore un détour par la Pologne avec le saxophoniste Maciej Obara.

Je vous souhaite une excellente année 2019, qui vous l’avez compris sera particulière à bien des égards, alors restez à l’affût et surtout restez curieux !

Aurélien Pitavy
Directeur de Charlie Free


En 1990, le bébé Charlie avait déjà un an quand je rencontrai un voisin du Vieux Village de Vitrolles (qui se reconnaîtra) et qui me dit, une pochette à soufflet sous le bras : « Toi qui es prof de maths, tu ne veux pas faire les comptes de Charlie Free ? Tout est dans la pochette ! » Et il me montre une feuille volante avec quelques chiffres alignés, « à l’ancienne » !

En ce temps-là, que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître, quelques bénévoles se réunissant chez l’un ou l’autre organisaient des concerts au Théâtre Fontblanche, aidés uniquement par la Ville de Vitrolles. Certainement grâce à mes compétences mathématiques et peut-être un peu aussi pour mon amour pour les musiques jazz, j’en suis devenu un trésorier éphémère, puis à l’AG suivante, un président durable. 23 ans après, j’y étais encore !

De cette période initiale, je garde le souvenir de nos soirées autour d’un verre, de nos engueulades sur la programmation. « Trop de blues, pas assez de free… »

Aujourd‘hui, le temps a passé, la rivière ne fût pas toujours un long fleuve tranquille, les encore chevelus ont blanchi mais, grâce à sa structuration et au travail de tous, salariés et bénévoles, Charlie Free est devenu une petite entreprise incontournable dans le paysage jazzistique français. Bon anniversaire Charlie.

Claude Gravier
Président de Charlie Free de 1990 à 2013


Incroyable mais vrai !

Concert donné il y a quasiment 20 ans du Grand Lousadzac de Claude Tchamitchian. Et oui incroyable mais vrai, les 13 musiciens qui forment l’orchestre étaient rentrés sur la scène du Moulin à Jazz, agrandie pour l’occasion bien sûr !

Claude Tchamitchian
– Grand Lousatzak –
Moulin à Jazz le 9/12/2000


Un « Chabada » sur la Danse des Canards.

En 2000, le festival s’appelait encore la Fête à Charlie et la scène se situait à proximité des locaux de deux autres associations qui organisaient des fêtes privées à la demande de leurs adhérents ; ce soir-là ne faisait pas exception et ce malgré les tentatives de conciliations du président de l’époque, Claude Gravier, qui avait néanmoins obtenu que la musique « festive » ne commence pas avant minuit, heure prévue de fin de concert.

Sur la grande scène TRIO SUD s’y produisait (Sylvain Luc, André Ceccarelli et Jean-Marc Jafet). Minuit, le concert se termine sous un tonnerre d’applaudissements avec demande de rappel ! Je vois le président aller solliciter un « temps additionnel », sans grand succès car la sono a ouvert le bal, avec une « Danse des Canards » tonitruante à la grande surprise des musiciens et du public.

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, André Ceccarelli a alors entonné avec beaucoup d’humour un « Chabada » sur ses cymbales, dans le tempo, ce qui a beaucoup amusé le public, je m’en souviens encore.

C’était décidé, il fallait que je fasse partie de cette équipe pour vivre tous ces moments avec eux, … et je  n’ai pas été déçu !

Jean Paul Lainat
Secrétaire actuel de l’association et membre du conseil d’administration depuis 2001


Mais pourquoi Charlie Free ?

J’arrive à Vitrolles en 1987, après avoir participé pendant 5 ans à l’aventure du JAM (Jazz Aixois qui Manigance). Rapidement, je rencontre quelques amis qui s’intéressent également à cette musique de liberté, né ainsi une envie commune de créer une association de jazz à Vitrolles. Il faut dire qu’un beau festival, Jazz sous les Platanes, avait déjà eu lieu de 84 à 86, porté par l’association JAVA (Jazz Vitrolles Action), le terreau était donc fertile. L’idée était là, il ne manquait plus qu’à trouver le nom de notre association !

C’est en 1988, dans un pub de Vitrolles, que les sept membres fondateurs se réunissent : Martine Sintas, Maud Zawadzki, René Agarrat (qui sera le premier président), Jean-Claude Bernard, Daniel Icard, Pierre Jacques et Michel Renaudin.

Après des heures de discussions, aucun consensus ne se dégage ; d’un commun accord, nous décidons donc de forcer le destin et plaçons un chapeau au milieu de la table où chacun y glisse un mot écrit sur un papier. Au moment du dépouillement, la tension monte encore d’un cran, mais deux mots vont faire l’unanimité : Charlie, qui fait écho à de grands noms du jazz (Parker, Hayden, Mingus …). Free, pour le « free jazz » bien sûr ! C’est ainsi que l’association Charlie Free est née. L’histoire ne dit pas si c’est la bière qui favorisera la liaison !

Jean-Claude Bernard
Vice-président de Charlie Free, membre fondateur et administrateur depuis 1989


Swifté en deux mots : « Charlie Free »

 Avant d’en être membre, j’ai toujours eu une proximité bienveillante avec cette équipe dont le projet culturel et l’audace artistique ne sont pas les moindres atouts. Trois dames en duo y marquent mes souvenirs émus :

21/03/2015. Un rêve ! Quel privilège de pouvoir en-tendre et voir Irène Schweizer, une des plus grandes pianistes européennes, grande idole de nos années 80, et Jürg Wickihalder (saxes) nous offrir un récital construit en arpèges improbables et renversements d’accords.

25/03/2016. Autre grande dame. Pas besoin de beaucoup d’instruments pour faire entendre un orchestre ; il lui suffit juste de l’aide d’un clarinettiste (Ben Goldberg). Myra Melford (piano) nous a enchantés, sur une musique où les harmonies sont autant entendues que sous-entendues. Une énergie. Une maîtrise rare des interpellations modales.

05/11/2016. La rencontre commence à la gare TGV, où l’on repère assez vite une contrebasse qui sort d’un train, suivie de la maîtresse de lutherie. Joëlle Léandre. Quelle per- sonnalité ! Un caractère bien trempé. Des conceptions bien affirmées. Une volubilité appuyée sur la plus parfaite maîtrise instrumentale où ne manquent ni la justesse, ni l’élégance mélodique, quelques fois la rudesse feinte. Tant en plaisantes facéties qu’en génie musical, la complicité de Jean-Luc Cappozzo (trompette) était ajustée.

Si cette association n’avait pas existé, il aurait fallu la créer… il y a 30 ans, à Vitrolles !

Franck Tanifeani
Président de l’association Charlie Free depuis 2016


Charlie Free, et l’histoire continue de s’écrire …

J’ai découvert le Charlie Jazz Fes-tival en 2003 qui s’appelait alors s’écrire… la Fête à Charlie. Tombé sous le charme du cadre majestueux du parc de Fontblanche, j’en suis devenu un spectateur régulier. En 2011, un des membres fondateurs de l’association, René Agarrat, m’a demandé : « Toi qui connais bien Vitrolles, tu ne voudrais pas transporter les musiciens pendant le Festival ? » Bingo ! Une proposition comme ça, ça ne se refuse pas ! Entré en 2012 au CA de l’association, je ne suis pas peu fier de faire partie de l’aventure Charlie !

Ces dernières années ont vu une montée en puissance de la proposition artistique avec des têtes d’affiches de renommée internationale, mais l’esprit Charlie est resté intact, les jeunes talents ont toujours leur place, l’ambiance est familiale, sans chichi et le prix est toujours contenu car le jazz, ou plutôt les musiques jazz dans leur diversité, doivent être accessibles au plus grand nombre. À cela s’ajoute les actions pédagogiques menées tout au long de l’année pour éveiller la curiosité et l’esprit de découverte des jeunes scolaires, notre public de demain !

Le monde est en crise, le sort de la culture est incertain. Des « petits » festivals disparaissent au profit de grosses machines capitalistes. Alors soutenez les artistes en allant les voir : longue vie au spectacle vivant !

Gilbert Weltman
Secrétaire de l’association Charlie Free et administrateur depuis 2012


« Le mal de dents finit toujours pas passer. Bravo, bon courage à ceux qui veillent la nuit ! « 

Louis Sclavis
Moulin à Jazz, 1999

À cette époque, l’extrême droite est au pouvoir à Vitrolles. Avec volonté et détermination, l’associa- tion Charlie Free arrive tout de même à maintenir ses activités, grâce notamment au soutien du public et de nombreux artistes dont Louis Sclavis.